Avertir le modérateur

16/11/2011

LENNOX de CRAIG RUSSELL

Nous recevrons à QdP 2012 trois auteurs de la collection « Robert Pépin présente » (Calmann-Lévy) : Michael Connely, Lee Child et CJ Box. Retour sur un titre paru en avril dernier, Lennox de Craig Russell.

9782702142035.jpgLennox est un détective privé d'origine canadienne étabit à Glasgow. Nous sommes en 1953 : le rationnement est encore en place sur certaines denrées et les personnages, particulièrement le héros, sont marqués par leur participation à la Seconde Guerre mondiale.

Le roman s'ouvre sur la scène finale, digne d'un film noir, puis reprend quelques semaines auparavant : Lennox, narrateur, se retrouve malgré lui mêlé à l'assassinat d'un truand. Le « Milieu » est dominé par « trois rois », trois mafieux respectivement catholique, protestant et juif qui se partagent la domination de la ville et veillent à ce que la concurrence reste limitée. Ils se doivent d'éclaircir ce crime...

Lennox est un modèle de reconstitution historique, digne du travail de James Ellroy sur le Los Angeles des années 50 et aussi un hommage à l'âge d'or du roman noir. On retrouve tous les ingrédients à l'origine de la réussite du genre : la figure du privé, bien sûr, dans la lignée de Philip Marlowe et des détectives solitaires emblématiques du roman hard boiled. Mais aussi la critique sociale avec la ville représentée comme le lieu de toutes les corruptions : invulnérabilité de la haute pègre, flics achetés, pornographie, prostitution, racket, chantage, tueur à gages, torture, femme fatale, trafic d'armes...

A ces élements classiques s'ajoutent un élément historique, conséquence du second conflit mondial, essentiel à l'intrigue : le conflit entre Israël et les populations arabes.

Les traumatismes de la Guerre trouvent aussi leur prolongement dans la violence du héros qui ne parvient pas à échapper à cet étau urbain et rêve d'un retour à sa vie d'avant-guerre. La finesse narrative et psychologique est mise au service d'une vision tragique de l'existence selon laquelle les personnages cherchent en vain à échapper à leur condition.

Autre constante du roman noir, le lecteur assiste à la descente aux enfers du héros (ou anti-héros), véritable punhing ball de l'auteur, malmené physiquement tout au long du roman. Ce personnage violent, détective privé mais mercenaire plutôt que justicier, odieux avec les femmes, représente en quelque sorte l'envers du mythe, où sa dégradation par l'expérience guerrière et la noirceur du monde.

L'auteur excelle enfin à peindre Glasgow l'industrielle, son climat, son organisation géographique et sociale, son architecture, ainsi que les rivalités religieuses, la compétition avec Edimbourg et la haine, exprimée parfois avec humour, du voisin Anglais.

Lennox, premier roman « écossais » de l'auteur, fait de Craig Russell le digne successeur du pionnier William McIlvanney. Le second volume de la série, Le Baiser de Glasgow, paraîtra en février prochain.

Lennox, Craig Russell, Calmann-Lévy, 20,50 €

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu