Avertir le modérateur

30/09/2010

Lumière noire

Welles.jpgParmi la riche programmation de la seconde édition du Festival Lumière, focus sur quelques polars et films noirs...

Jean Louis Trintignant, présentera une de ses deux seules réalisations, Une journée bien remplie, un road-movie policier : Un père poursuit en side-car les responsables de la mort de son fils pour les supprimer les uns après les autres. Jacques Dufilho, interprète de ce boulanger devenu tueur en série par vengeance, juge dans ses souvenirs le film « supérieur à tout ce qu'on pouvait voir à l'époque en matière de comédie (…) Jean-Louis Trintignant est un grand metteur en scène incompris ». Ce film, extrêmement original, par la rareté de ses dialogues et ses côtés burlesques, n'est pas sans évoquer les road-movies déjantés du duo Kervern/ Delépine.

Le grand Jim Harrison, dont l'œuvre flirte avec la tradition du roman noir américain (voir en particulier Wolf et Un bon jour pour mourir) présentera un classique du film noir, La Soif du mal. Réalisé et interprété par Orson Welles, ce film est un des chefs d'œuvre du genre. Le premier plan est un des plus mythiques et commentés de l'histoire du cinéma.

 

Toujours côté classique, Psychose est programmé en copie restaurée. La mise en scène d'Hitchcock, la musique de Bernard Herrmann, la mythique scène de la douche à laquelle a collaboré Saul Bass, l'interprétation de Janet Leigh et Anthony Perkins, autant de bonnes raisons de (re)découvrir ce chef-d'œuvre sur grand écran.

 

Dans le cadre de la programmation Déjà classiques, Costa Gavras présentera Z, sans doute le premier thriller politique français. Après une adaptation très réussie de Compartiment tueurs, le roman de Sébastien Japrisot, Costa Gavras traite du putsch des Colonels grecs sous forme de polar, selon lui « le genre qui permet de dire le plus sur l'homme et son entourage ».

 

Michel Deville présentera Le Dossier 51, d'après un roman et scénario de Gilles Perrault. Selon François Guérif, « Deville a relevé le défi de faire le premier film d'espionnage moderne, avec des personnages définis par leurs fiches informatiques ».

 

L'œuvre de Raymond Bernard, un grand cinéaste aujourd'hui un peu oublié, est à découvrir absolument. J'étais une aventurière, une comédie à la Lubitsh sur fond d'escroquerie et de vols de bijoux, a reçu les éloges de Jacques Lourcelles dans son Dictionnaire du cinéma : « Raymond Bernard apparaît ici comme un prestidigitateur de grande classe qui soigne ses tours et respecte toujours son public. Sa malice est dénuée de cynisme, son style d'un brio tout classique et plein de retenue ».

 

Dans le cadre de la Nuit de la comédie américaine, est projeté The Big Lebowski des frères Coen, parodie de film policier hilarante, avec deUne journée bien remplie.jpg nombreux clins d'œil aux classiques du films noirs, dont Le Grand sommeil.

Enfin, notre coup de coeur, Justin de Marseille, nous en reparlons très vite...

 

Programme complet et horaires sur:

www.festival-lumiere.org

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu