Avertir le modérateur

27/09/2010

BLACKSAD

blacksad_web.jpgLe quatrième volume de la série Blacksad, L'Enfer, le silence, est enfin disponible. Après cinq ans d'absence, Juan Diaz Canales (invité de la dernière édition du festival) au scénario et Juanjo Guardino au dessin, signent un nouvel album à la hauteur des précédents.

Bien que chaque tome puisse se lire séparément, si vous ne connaissez pas encore cette série née en 2000, précipitez vous sur les trois premiers volumes, explorations policières de l'Amérique des années cinquante.

Le héros, John Blacksad, chat de forme humaine, est un privé dans la grande tradition américaine. On pense, à Humphrey Bogart dans Le Grand sommeil d'Howard Hawks, ou aux personnages de Dashiell Hammett, un des auteurs préférés du scénariste. Les références au roman et au film noir sont omniprésentes, et les thématiques sont celles de l'âge d'or du polar : la corruption, le crime organisé, le racisme, le maccarthysme...

La volonté des créateurs d'utiliser des animaux anthropomorphes, seule entorse au réalisme, répond au désir de réunir la tradition de fable et la modernité du polar.

Le dessin réaliste, précis, parfaitement colorisé, se marrie à merveille avec des scénarios policiers inspirés des maîtres du roman noir.

Après New York et Las Vegas, ce quatrième opus a pour cadre La Nouvelle Orléans. Blacksad se voit confier par un producteur une enquête sur la disparition d'un pianiste sur fond de jazz, de moiteur et de trafic de drogue. On retrouve l'atmosphère spécifique de la Louisiane chère à James Lee Burke ou R.J. Ellory.

L'intrigue est une nouvelle fois complexe, noire et prenante. Les scènes de bar, de club et de rue, celle du carnaval notamment, sont particulièrement élégantes. L'impression générale de l'album est peut-être plus mélancolique que dans les précédents, mais tout aussi convaincantes.

Un nouveau personnage, incarné en hippopotame et inspiré du rôle d'Orson Welles dans La Soif du mal est, à l'image de l'album, particulièrement réussi.

Comme dans les précédents volumes, une partie du passé de Blacksad est dévoilé au cours de cet épisode.

Les auteurs ont promis que l'attente serait plus brève pour le cinquième volume. Espérons qu'ils tiennent parole...

Juan Diaz Canales lors de sa venue à Quais du polar en avril dernier, se présentait ainsi:

“On dit que les chats noirs portent la poisse. Et pourtant, c’est grâce à Blacksad, un chat noir privé, que j’ai eu la chance de devenir auteur de BD. Un vrai rêve accomplie! Puis, je continue à rêver à de nouvelles histoires, aussi bien comme dessinateur de films d'animation que comme scénariste de BD.

Mes favoris “noirs” :
Un film : Règlements de comptes de Fritz Lang
Un livre : La Clé de verre de Dashiel Hammett
Un auteur : Raymond Chandler”


Blacksad tomme IV, L'Enfer, le silence, Dargaud, 13,50 €

 

Commentaires

je continue à rêver à de nouvelles histoires, aussi bien comme dessinateur de films d'animation que comme scénariste de BD.

Écrit par : supra footwear | 18/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu