Avertir le modérateur

29/10/2009

Apollon Cardon

Le coin d’Apollon Cardon

 

« Blackberry blues », c’est pas le titre d’une chanson de country, ni la marque d’un palm pilot, mais, bande de truffes au foie d’oie, c’est un vieux James-Lee Burk, et de son double Dave Robicheau, qui la joue cette fois sans son insigne, mais toujours la même humanité et la capacité à vous faire sentir la poésie des bayous de la Nouvelle Orléans. Avec mon ami Jean-Baptiste Evette, auteur d’un excellent roman que je qualifierai de policier dixneuviémiste « Jordan fantosme » (Folio) et de quelques autres, nous avons entrepris d’acheter et lire l’intégrale de cet écrivain récemment célébré par Bertrand Tavernier, sans doute une des plus belles plumes littéraires du roman noir. Car on peut être un remarquable auteur de romans policier sans aucun style. Tenez, par exemple, je viens d’achever  « Le poète » (Points Seuil Policiers) de Michael Connely. C’est superbement mené, ficelé, emballé, astucieux, vicieux, aussi pervers que certains de ses protagonistes, bourré de chutes et rechutes. C’est du polar grand art, mais Connely écrit comme un journaliste : court, sec, chirurgical, efficace mais à plat.

Bon, c’est pas le tout les gones, mais j’ai quitté Lyon pour aller en Israël et Jordanie, afin de pousser la conscience professionnelle au délire maximum en lisant in situ  Batya Gour, écrivain (vous essaierez en vain de me faire écrire « écrivaine ») israélienne. Pour les pères la grolle qui n’ont pas étudié le latin avec Bérurier, In situ n’est pas une cité de par là bas, son roman « Meurtre à l’université » (Livre de poche) se passe à Jérusalem. C’est de l’Agatha Christie  sortie du tombeau, à tort. En revanche, dans une bibliothèque privée de Tel Aviv, je suis tombé sur « Le trésor du rabbin » de … Thierry Jonquet. Ce n’est pas un policier, mais plutôt un roman historique, qui plonge dans la Pologne des années 20, quatre héritiers d’un pauvre rabbin qui a écrit un curieux bouquin. Quatre beaux portraits : une tchékiste (c’était pas une tchèque bande d’ignorants), un mafieux fraîchement repeint aux couleurs de l’oncle Sam, un sioniste convaincu et un français déjuivé, comme auraient dit le maréchal Pétain et le cardinal Gerlier. Contexte historique, aventures, humour et surtout, une chute astucieuse dont je ris encore. Merci Thierry, peut-être que tu es auprès du vieux bonhomme qui a acheté « Le trésor du rabbin » pour que l’humanité ne puisse en pâtir.

Bon, j’ai la gueule de bois à cause de la pitoyable prestation de l’OL, je viens de recevoir le règlement du concours jeunesse de Quais du polar, le Beaujolais nouveau va bientôt faire des trous dans les estomacs parisiens, sur ma table de chevet, il y a le dernier Indridason, trois JL Burke et un premier roman policier jeunesse d’un lyonnais André-François Ruaud, dot je vous narrerait la quintessence dans un prochain billet. Après que l’OL aura mis la pâtée à St Etienne : il faut être chauvin, mais avec modération.

Votre épatant

Apollon Cardon

Le dieu lard (la faute est volontaire, tas de fiflots) du marché Saint Antoine.

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu