Avertir le modérateur

18/05/2009

Le coin d'Apollon Cardon

Le coin d’Apollon Cardon

 

Eh alors, vous dormez ?! C’est moi, Apollon, votre détective public adoré à l’égal du Dieu dont il porte le nom (le Dieu cardon, bien sûr, le seul en estime entre Rhône, Saône et Beaujolais).

Pour une fois, oublions les polardeux du Nord, qui vont bientôt nous titiller au cinéma avec la programmation du premier film adapté de « Millenium ». Si vous avez vu les affiches, au lieu de regarder les crottes de chien, vous avez vu que Lisbeth Sallender est déjà omniprésente. Beau casting au faciès, qu’est ce qu’elle ressemble à celle qui s’est incrustée dans ma mémoire plus que vive !

En fait, je voudrais vous parler d’un nouveau au pays du polar. Un certain Mark Haskell Smith, que m’a fait découvrir mon ami Lionel B., libraire de son état (lage), qui m’avait déjà apporté Millenium en  m’annonçant du bonheur.

Donc, Haskell est semble t-il un jeune type, publicitaire de son état (large), car, bande d’ânes illettrés, les publicistes ne font pas dans la publicité. Haskell, donc, appartient à cette race d’auteurs dézingués qui me font sauter au plafond (à la française). La plupart du temps, ce sont des Américains : Westlake vient de passer son Colt à gauche, c’est peut être la relève.

« A bras raccourci » de Mark Haskel, c’est chez Rivages Noir. Ca se passe dans le milieu mafieux des chicanos (on peut traduire par « chicaniers) de L.A. (Los Angeles pour ceux qui n’aiment pas les acronymes). Imaginez, tas de pignoufs, qu’un tueur pas futé, chargé de buter un gars comme lui, se coupe un bras dans l’affaire et l’abandonne près du corps de sa victime. Mais pas n’importe quel bras : le membre est tatoué avec réalisme avec une série de représentation d’exploits amoureux du défunt en compagnie d’une superbe Félicia.

Et voilà que Bob, employé de la morgue chargé de traiter le membre, tombe amoureux de Félicia, pendant que Don, qui traque les tueurs mexicains tombe sur une spécialiste du coaching en masturbation qui pourrait bien être la petite amie d’un malheureux dont le bras, tatoué (bien malgré lui) à l’identique avec l’autre chef d’oeuvre, va semer la zizanie entre policiers et gangsters. Bon, j’en dis pas plus. A vous de jouer, gringos ! Ca va vite, ça va fort, ça va noir, mais surtout ça va drôle, très, très drôle !

Bon, je vous laisse, mais juste un petit appel, y aurait-il parmi vous des vendeurs à prix doux des « Robicheaux » de James Lee-Burke, sauf « Dans la brume électrique », « Prisonniers du ciel » et un autre dont je ne me rappelle pas le nom. Ecrire au Blog, qui transmettra.

Votre Apollon dévoué.          

Commentaires

Il paraît convenu qu'un film déçoive lorsqu'on a lu le livre.
Mais le film "Millénium" ne rend pas hommage à l'auteur.
Cette rigueur dans le raisonnement et dans la conduite, cette finesse dans l'argumentation, ce fin tissage des histoires.
Bref, un "non-lecteur" avec qui j'étais a trouvé le film construit sur des stéréotypes: vieilles histoires de nazis, celui qui est propre sur lui est le super méchant, rien d'innovant.
Tout n'est pas à jeter bien sûr: Lisbeth, les viols, les somptueux paysages de Suède.
Mais l'âme, la passion et la partie d'échec n'y est pas.
Copie à revoir. Doit mieux faire.

Écrit par : Marie-Christine Rethoret | 19/05/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu