Avertir le modérateur

14/09/2007

Flash polar

Si vous avez échappé à cet article du Monde d'aujourd'hui


Le crime presque parfait d'un écrivain raté

Son roman Amok devait lancer sa carrière d'écrivain, il aura causé sa perte.
L'écrivain polonais Krystian Bala vient d'être condamné à vingt-cinq ans
de prison pour le meurtre de l'amant de son ex-femme. Un crime crapuleux et surtout
une grotesque erreur : avoir décrit l'assassinat dans son propre roman.

Le verdict est tombé, mercredi 5 septembre, après plusieurs mois d'un procès
retentissant. Dans la salle comble du tribunal de Wroclaw, au sud-ouest de
la Pologne , dans un silence de plomb, la juge Lidia Hojenska énonce la
condamnation : Krystian Bala est accusé d'avoir "commandité le meurtre de Dariusz
Janiszewski". Les preuves sont suffisantes. Le mobile ? "La jalousie pour son ex-femme." Sur
le banc des accusés, Krystian Bala, 34 ans, affiche un visage figé. Il ne montre
aucune émotion à la lecture du jugement.


Tout commence en décembre 2000. Des pêcheurs extirpent des eaux glacées de
l'Oder le corps d'un homme ligoté, mains liées et corde au cou. La victime s'appelle
Dariusz Janiszewski. Directeur d'une petite agence de communication, il avait
disparu un mois plus tôt. Kidnappé, torturé, affamé, il a été jeté vivant dans la
rivière. La justice enquête, mais les indices sont maigres. L'enquête s'enlise. En
2005, elle rebondit : les enquêteurs s'intéressent de près à la vente sur Internet d'un
portable qui pourrait avoir appartenu à la victime. La piste les mène à
l'écrivain Krystian Bala. Le suspect, déjà inculpé pour ce meurtre en 2000, avant
d'être relaxé faute de preuves suffisantes, vient de publier un roman, Amok.


Ayant commencé à le lire, les policiers ne lâcheront plus le livre. La
lecture est troublante : Krystian Bala et son héros, Chris, partagent la même vie.
Celle d'un écrivain raté, perdu dans le sexe et l'alcool. Surtout c'est la
ressemblance entre le meurtre fictif de Marie, ligotée puis tuée par Chris, et celui, réel,
de Dariusz Janiszewski qui permet aux enquêteurs de rouvrir la procédure et de
modifier l'acte d'accusation contre Krystian Bala.


Imbibé d'alcool, saturé de scènes érotiques, Amok est le récit décousu de
Chris, un jeune écrivain voyageur cafardeux, philosophe de formation. Publié en 2003
par la maison d'éditions Coma, tiré à 1 000 exemplaires, Amok est depuis longtemps épuisé.
Pourtant la maison d'édition, rachetée par l'éditeur Vendredi 13, n'entend
pas le rééditer. "En aucun cas, assure le directeur d'édition Michal Kolinski. Ce
n'est qu'un roman bon marché, dépourvu de contenu. Une succession de délires et
d'hallucinations."


Le profil psychologique de l'écrivain, le tribunal de Wroclaw l'a longuement
détaillé le 5 septembre. Un narcissique immature, imprévisible, mais doué
d'un QI supérieur à la moyenne. "Il a deux visages, a conclu la juge Hojenska. Un
homme paisible et calme qui peut aussi être très agressif, notamment sous l'emprise de
l'alcool." Et un certain penchant pour la vengeance.


Krystian Bala a plaidé non coupable. L'écrivain n'entend pas en rester là.
Il a d'ores et déjà annoncé qu'il travaillait à une suite d'Amok. Et fait la
promesse qu'elle serait "encore plus scandaleuse".

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu