Avertir le modérateur

30/08/2007

Rentrée littéraire

Qui a lu le dernier Maurice Dantec ? Artefact

 

 

medium_artefac.jpg

Présentation de l'éditeur
« Deux tours américaines fracassées par le ciel. Une mystérieuse valise violette dans les mains d’un homme libre. Un tueur impitoyable prétendant être le frère du Diable diffuse en direct ses propres crimes sous les yeux du monde entier… »
Trois fictions encore plus vraies que la vérité, trois fictions qui n’en font qu’une seule, où vous descendrez vous-même les escaliers de la tour Nord du World Trade Center dans les hurlements des aciers vaporisés. Une Trinité où vous ouvrirez vous-même la valise violette à la recherche de votre futur. Une dualité où vous laisserez vous-même le Diable pénétrer douloureusement votre corps. Vous n’avez pas fini d’en apprendre sur vous-mêmes.

Biographie de l'auteur
Perturbateur du champ littéraire, Maurice G. Dantec poursuit son exploration d’une écriture romanesque mêlant science-fiction, polar technologique et métaphysique. Aux éditions Albin Michel, il a publié Cosmos Incorporated (2005), Grande Jonction (2006), American Black Box et Le théatre des opérations, 2002-2006 (2007).

 Plus d’infos sur M.Dantec

 http://www.gonzai.com/maurice-dantec-artefact/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_G._Dantec

24/08/2007

Cent ans de crimes à Lyon de Gérard Chauvy

 

 

medium_arton351.gif

 

 

 

Ville de tous les mystères, car si, Lyon abrite aujourd’hui l’école de Police, Interpol et Quais du Polar c’est qu’elle fut aussi une vaste scène de crime

Voici un panorama assez large des principaux meurtres qui se déroulèrent dans cette ville pour les historiens ou les passionnés de crimes Lyonnais

 

 

Présentation de l'éditeur


Ce qui paraissait vrai, il y a quelques années déjà, pour le roman policier, le serait-il aussi en réalité, dans le domaine criminel ? Ou bien, par excès de nostalgie, serions nous trop facilement portés à croire que le crime n'est plus ce qu'il a été ? Les "Apaches" et les "bandits en automobile" de la Belle Epoque , les assassins dépeceurs de leurs victimes enfouies dans des "malles sanglantes", l'énigme du meurtre sans cadavre ou sans mobile apparent, le mythe de la "veuve", la "guillotine", l'assassinat mystérieux d'un notable de quartier, le "gang des tractions avant", les meurtres sordides de femmes seules et enfin l'ère des caïds du "Milieu", intouchables grâce à leurs "relations", voilà qui donne une liste à glacer le sang. Qu'en reste-t-il aujourd'hui ? Des histoires. Ou plutôt une Histoire avec un "H majuscule". Car, comme pour le "roman d'énigme policière", nous avons l'impression que, pour l'essentiel, après cela, tout a été vu, entendu et su. Le genre paraît épuisé. Il faut beaucoup d'imagination ou d'ingrédients neufs pour réutiliser sans copier banalement, la recette qui a servi de base à ces intrigantes littératures que ces conduites criminelles ont inspiré et qui tenait en trois questions ; "Qui a tué ? Comment a-t-il tué ? Comment sera-t-il découvert ?".
Gérard Chauvy est historien et journaliste
.

 

 

http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=351

 

19/08/2007

rencontre du mois d'août

 

 Rencontre au Café Lecture les Voraces

 

  Le jeudi 30 août à 20 H

 Avec François Pirola et Sandrine Derouet-Graufel de Quais du Polar

 

Biographie de Marcello Fois

Co-fondateur avec Carlo Lucarelli du Groupe 13 (un groupe de réflexion autour du roman noir) , Marcello Fois est à l'origine du renouveau du polar en Italie. Il publie des livres se passant dans l'Italie d'aujourd'hui mais il est aussi l'auteur d'une tétralogie noire se passant dans la Sardaigne de la fin des années 1800

 

Les livres de Marcello Fois

Le sang du ciel

Un silence de fer

Sempre caro

Plutôt mourir

Les hordes du vent

Nulla

Aller simple

Petites histoires noires

Sheol

Ses éditeurs

Tram'éditions
Seuil
Gallimard (Scripto)

18/08/2007

Coup de coeur

Implacables vendanges

de Philippe Bouin

 

medium_414KBSFGA8L_AA240_.jpg

 

Le 13 juillet 2000, dans un petit village du mâconnais, Maître Blanchon réunit la famille d'Edmond Ruteboeuf, décédé il y a plus de cinquante ans. Suivant les volontés du disparu, il lit un codicille étrange aux héritiers, et remet des enveloppes blanches aux petits-enfants ainsi que trois enveloppes bleues à ses descendants directs. Les enveloppes, qui dévoilent un secret de famille, devront être ouvertes toutes en même temps, le lendemain. Vingt-quatre heures plus tard, les trois descendants directs sont assassinés. Comme par hasard, les enveloppes bleues disparaissent de la circulation. Sœur Blandine, 35 ans, religieuse atypique et désopilante, mène l'enquête. Infirmière la journée, elle est la seule à connaître parfaitement les petites histoires de chacun, les rivalités de voisinage. Personnage haut en couleur, elle sillonne "à fond la caisse" les routes du Beaujolais dans sa "Titine", pour "piquer les fesses" et découvrir la vérité. Sa rencontre avec Gontrand Cheuillade, journaliste du Progrès sera détonante... Et fatale pour le meurtrier ! On découvre alors que sœur Blandine était autrefois commissaire à la Brigade criminelle. Une révélation qui donne une saveur hors du commun au personnage et à l'histoire.
Menée tambour battant, l'intrigue est sans faille. Jusqu'à la dernière page, Philippe Bouin tient son lecteur en haleine. Implacables vendanges se lit d'un trait, le cœur battant. Et les aventures de Sœur Blandine valent leur pesant d'or.


Présentation de l'éditeur
Soeur Blandine, c’est l’autre face de Janus, Philippe Bouin, en l’occurrence. L’autre face d’un fameux talent d’écrivain et de raconteur d’histoires. On a découvert les fastes et les ors de la cour du Roi-Soleil en faisant connaissance avec Dieudonné Danglet — Les Croix de paille —, le fidèle agent secret de Nicolas de La Reynie , le premier lieutenant de police de Paris à avoir été nommé directement par le roi.
Philippe Bouin semble si à l’aise dans le grand siècle, si en osmose avec les personnages qu’il nous fait rencontrer à la cour des nobles comme à celle des gueux, que lorsqu’il a évoqué sœur Blandine et ce désir de revenir au présent, j’étais dubitative…
Quand j’ai découvert cette bonne soeur de Saint-Vincent-de-Paul, Gontrand Cheuillade, Mère Adrienne, et tous les personnages d’Implacables vendanges, j’ai adhéré avec un grand éclat de rire, et une curiosité insatiable pour les prochaines aventures de cette religieuse craquante et absolument hors normes.
D’autant qu’elles se déroulent dans un pays extraordinaire, celui du Beaujolais, des Monts du Lyonnais, du Mont-d’or, de la Dombes , des bords de Saône, où le vignoble s’étend à perte de vue. Cette région, ses habitants, sa langue aussi savoureuse que son vin et sa gastronomie, Philippe Bouin les connaît comme sa poche, et sa plume parvient à nous faire toucher du doigt le bonheur quasi idyllique qu’il y a à vivre dans cette région…
Soeur Blandine, trente-cinq ans environ, est un personnage haut en couleurs, au franc-parler, doué d’un sacré appétit de vivre, à la générosité et à la foi infinies, qui aime profondément son prochain, à l’exception, peut-être, de soeur Guillemette, son souffre-douleur, sa « collègue » infirmière au convent de Saint-Vincent-de-Paul, qui partage avec elle la joie de conduire Titinne, la 4 L formidable qui fait du 60 Km à l’heure sur les chemins vicinaux et les routes du Beaujolais. On découvre son ex-profession —commissaire à la Brigade criminelle — et les raisons de sa vocation tardive au détour d’une page, grâce au journaliste Gontrand Cheuillade, son complice totalement anachronique et fort séduisant.
On s’y attache… très fort, à soeur Blandine. Dans Implacables vendanges, on fait aussi la connaissance de ceux qui vont l’accompagner, l’assister, au cours de toutes ses aventures : le journaliste du Progrès de Lyon, Gontrand Cheuillade (anagramme de De Chailleux), Mère Adrienne, le lieutenant de gendarmerie Koëstler, Victoire Amalfi, commissaire au SRPJ de Lyon, soeur Guillemette…
Les aventures de Soeur Blandine se poursuivront dans : Les Sorciers de la Dombes , La Saône assassinée, La Voix du micro-ondes

14/08/2007

Coup de coeur

Le Dahlia noir

 

Pour tout savoir sur le fait divers, sans doute le plus célèbre de l’histoire américaine, sublimé par l’œuvre de James Ellroy.

http://briandepalma.online.fr/dahlianoir.htm

http://www.dahlianoir.fr/

12/08/2007

Polar en série

Sue Thomas, l'oeil du FBI

medium_images.2.jpg

Synopsis

Quitter le cocon familial et son Middle West natal est pour Sue l'amorce d'une vie indépendante. C'est aussi une aventure enthousiasmante puisque la jeune femme s'apprête à réaliser un rêve : entrer au FBI. Cela ne pourrait se faire sans le fidèle, Levi. Ami et confident hors pair, Levi, le chien est en effet l'oreille de Sue qui a perdu l'ouïe à l'âge d'un an et demi. Depuis, grâce à cette force de caractère qu'elle tient de sa mère, Sue a appris à lire sur les lèvres et parler d'une voix harmonieuse. Personne, à première vue, ne peut déceler ce handicap si parfaitement surmonté. Au FBI, reléguée à l'archivage des empreintes pour cause de surdité, Sue est déçue. Le lendemain, la chance lui sourit en la personne de Jack. Stupéfait par ses capacités, il la recrute dans son unité de surveillance...

Plus d’infos

http://suethomas.bloxode.com/

10/08/2007

Documentation jeunesse

Scènes de crime …Mène l’enquête

De Clive Gifford

 

medium_SCENES_DE_CRIME.jpg

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur
A travers une multitude de cas très divers, cet ouvrage fournit des explications détaillées sur les principales enquêtes, telles que : la découverte d'un délit, l'autopsie de la victime, la récolte des indices sur le lieu du drame, l'audition des témoins, l'identification des suspects et l'arrestation du coupable. Sur le terrain ou en laboratoire, policiers et scientifiques utilisent des techniques aussi simples que sophistiquées : relevé d'empreintes lors d'un cambriolage, reconstitution en trois dimensions d'un visage, analyse ADN à partir d'un cheveu, datation de la peinture au carbone 14 pour identifier un faux tableau...

 

Lecture

Alors que la télévision, passe en boucle des séries comme « les Experts », « FBI : Portés Disparus » (voir les archives du Blog) les enfants sont forcement confrontés à ce genre d’image et peuvent se poser des questions vis-à-vis des recherches et des méthodes d’investigation

Ce livre explique de manière très simple et très complète les étapes d’une enquête avec en prime des expériences à faire soi-même et des résumés de faits réels.

Pour les futurs médecins légistes et les petits (ou grands !!) curieux

07/08/2007

Le retour du Parrain 2007

 La Fille coupée en deux

medium_affiche-1-medium.2.jpg

 

 

Une jeune femme qui veut réussir dans la vie et dont le rayonnement séduit ceux qui l'entourent, s'éprend d'un écrivain prestigieux et pervers, et épouse un jeune milliardaire déséquilibré.

Réalisé par Claude Chabrol (Parrain du festival Quais Du Polar 2007)

Avec Ludivine Sagnier , François Berléand , Benoît Magimel , Mathilda May , Caroline Sihol , Etienne Chicot , Marie Bunel , Valeria Cavalli , Thomas Chabrol , Jérémie Chaplain , Didier Bénureau , Raphaël Neal , Jean-Marie Winling , Charley Fouquet , Stéphane Debac , Edouard Baer , Hubert Saint-Macary , Cécile Maistre , Alain Bauguil , Clémence Bretécher , Patrick Zimmermann ...

http://www.lepoint.fr/content/cinema/article?id=192562

http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=...

Biographie de Claude Chabrol

Fils de pharmacien, Claude Chabrol tient un ciné-club dans la Creuse pendant la guerre. De retour à Paris, il suit des études de droit et de lettres, mais fréquente surtout assidument les cinémas de la ville. Il y rencontre de jeunes passionnés avec qui il participe à l'aventure des Cahiers du cinéma de 1952 à 1957, et fait bientôt la connaissance du romancier Paul Gégauff, dont l'influence le détourne de son éducation bourgeoise. Marié très tôt, il est attaché de presse à la Fox avant de profiter d'un héritage de son épouse pour produire Le Coup du berger (1957) de Rivette et réaliser Le Beau Serge (1958), son premier long métrage. En grande partie autobiographique, ce film-clé de la Nouvelle vague est un beau succès public et critique et obtient le prix Jean Vigo.

Le destin du cinéaste est alors lié à ceux de Gégauff, fidèle coscénariste, et de Stéphane Audran qu'il épouse en secondes noces et dirigera à 23 reprises. Remportant l'Ours d'or à Berlin en 1959 pour son deuxième opus, Les Cousins, il rencontre des succès divers avec ses films suivants : Les Bonnes Femmes (1960) et L'Oeil du malin déconcertent les spectateurs, qui se montrent plus séduits par Landru (1962) ou les parodies de films d'espionnage comme Le Tigre aime la chair fraîche. A la fin de la décennie, sa collaboration avec le producteur André Génovès lui permet de revenir à des oeuvres plus personnelles, comme La Femme infidèle, Le Boucher ou Que la bête meure (1969). Le cinéaste y règle ses comptes avec la bourgeoisie de province en filmant des histoires de crimes et d'adultères, où chacun s'efforce de sauver les apparences plus que la vertu.

Bénéficiant de la présence de Belmondo, le satirique Docteur Popaul est, en 1972, l'un des plus gros succès publics du réalisateur, qui tente à la même époque des incursions dans le thriller politique (Nada) et le fantastique (Alice ou la Derniere fugue). Mais Chabrol est plus à son affaire lorsqu'il adapte des romans policiers ou s'inspire de faits divers, comme pour Violette Noziere, qui, en 1978, marque le début d'une fructueuse collaboration avec Isabelle Huppert. Dans les années 80, le réalisateur tourne une série de polars aux allures de jeux de massacre, et signe ainsi, avec le concours de grands comédiens, une savoureuse galerie de portraits : Serrault en assassin méthodique dans Les Fantômes du chapelier, Poiret en inspecteur gourmet dans Poulet au vinaigre, ou encore Noiret en vedette de télé cynique dans Masques.

Par la suite, c'est pourtant avec de grands personnages de femmes que le cinéma de Chabrol trouve un nouveau souffle. Si le réalisateur offre à Marie Trintignant son plus beau rôle dans Betty (d'après Simenon, 1992), c'est Isabelle Huppert qui incarne le plus souvent ces héroïnes, tantôt victimes d'une société oppressante (Une affaire de femmes en 1988, Madame Bovary en 1991) tantôt criminelles perverses (Merci pour le chocolat). En 1995, La Cérémonie, adaptation d'un polar de Ruth Rendell, constitue un sommet de l'art chabrolien, entre peinture sociale et étude de cas clinique. Le maître s'intéresse ensuite à la jeunesse, faisant appel à Benoît Magimel pour La Fleur du mal (2003) et La Demoiselle d'honneur. Ignoré par les Césars mais chéri par la critique, le malicieux Chabrol est devenu au fil des ans un personnage médiatique paradoxal, affichant sur les plateaux de télévision une bonhomie qui n'a d'égale que la noirceur de ses films. En 2006, L'Ivresse du pouvoir témoigne de l'acuité de son regard sur l'actualité, tout en brossant un nouveau portrait de femme à la fois manipulatrice et manipulée.

 

 

coup de coeur

Coraline

 

 

 

medium_215201.jpgNeil Gaiman
[Albin Michel]

 

 

 

Neil Gaiman (né le 10 novembre 1960 à Portchester) est un auteur britannique de romans et de scénarios de bande dessinée vivant aux États-Unis. Auteur prolifique et polyvalent, il a percé sur la scène du fantastique anglo-saxon grâce à sa série Sandman publiée par DC comics dans les années 1990. Gaiman suit des études de journalisme après avoir été refusé par plusieurs éditeurs pour se créer des contacts pouvant l'aider, du moins l'espère-t-il, à être publié plus tard. C'est à cette époque qu'il écrit son premier livre, la désormais très recherchée biographie du groupe Duran Duran ainsi que de nombreux articles pour Knave magazine.Il collaborera avec Terry Pratchett sur De bons présages (Good Omens), à propos de l'imminence de l'apocalypse.[1]

 

Gaiman commence à travailler sur des comic books après avoir lié amitié avec Alan Moore. Il écrit deux romans illustrés anglais avec son vieil ami et collaborateur favori Dave McKean : Violent Cases et Signal to Noise. Par la suite il travaille pour DC Comics qui publie L'Orchidée Noire.

 

Le livre

 

Attention, grand frisson. En lisant ce livre, on a l'impression de regarder un film d'horreur Coraline est une sorte de conte cruel mi-fantastique, mi-horrifique, écrit pour les enfants mais capable de toucher, voire de profondément perturber, le lecteur adulte. D’ailleurs, outre-Manche, l’éditeur de Gaiman a eu la riche idée de publier une version pour adultes avec une couverture différente.

En résumé

En poussant une porte condamnée, Coraline ne pouvait se douter qu'elle entrerait dans un autre monde. Un monde auquel il lui sera difficile, mais vital, d'échapper. Un terrible récit par l'auteur de "American Gods".

 

Plus d'infos http://www.premonition.fr/premor.php3?lien=chro/chrohm.ph...

.

05/08/2007

Flash polar

A vos calepins !  
 
La 4e édition du festival Quais du polar de Lyon, aura lieu du 28 au 30 mars 2008

 

Trois jours entièrement dédiés au polar avec au programme : littérature, cinéma, bande-dessinée, théâtre, arts plastiques, jeux, parcours-énigme... Comme en 2007, c'est le Palais Bondy qui sera le lieu central de la manifestation : il accueillera l'ensemble des auteurs invités, la grande librairie du polar, les conférences, un espace jeunesse...

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu